Peau et tabac ne font vraiment pas bon ménage. Un environnement défavorable (soleil, tabac, stress…) peut modifier le capital génétique des cellules cutanées, les rendant moins efficaces dans leur multiplication et plus fragiles. Mais tout rentre dans l’ordre chez les personnes qui parviennent à se sevrer de la cigarette.  

La nicotine contenue dans la cigarette (mais aussi la cigarette électronique) irrite la paroi des glandes sébacées. Leur rôle est de synthétiser et de sécréter du sébum qui doit protéger la peau des agressions extérieures et de la déshydratation. La couperose et le psoriasis sont deux autres affections aggravées par le tabagisme.

Au niveau de la bouche, la fumée et la chaleur du bout incandescent de la cigarette seraient impliqués dans la survenue de lésions de la peau (kératoses) et de carcinomes (cancers de la peau les plus fréquents) sur le pourtour buccal.

Le vieillissement de la peau est certainement le plus connu et visible des effets cutanés du tabagisme, au même titre que l’exposition au soleil. Des études in vitro sur ces cellules en culture montrent que des extraits de fumée de tabac modifient l’activité des protéines (les métallo protéinases matricielles) régulant le renouvellement des cellules de la peau. Une piste à creuser. Chaque bouffée de fumée de cigarette dégage 200 000 radicaux libres* qui vont attaquer les cellules de la peau et entraîner des effets sur le contour des yeux et la peau du visage dans son ensemble : apparition de rides, de cernes, épaississement de la peau et teint grisâtre. Les produits toxiques contenus dans les cigarettes dégradent les structures fondamentales du derme, notamment l’acide hyaluronique, et provoquent une production de mauvaise élastine.

Concernant les cheveux, leur pousse serait compromise par le tabac, en endommageant le génome capillaire. Comme les chimiothérapies, la fumée du tabac aurait des effets toxiques sur les cellules qui se développent très rapidement, dont font partie les cellules capillaires.

Le tabac aurait également pour effet de les priver de nutriments indispensables à leur vitalité et à leur brillance (acides aminés, vitamines B, oligo-éléments).

Pour ralentir la chute des cheveux et les retrouver brillants de santé, vous savez ce qu’il vous reste à faire…

HJ

* Les radicaux libres sont des substances nocives présentes dans l’organisme, générées par l’oxygène que nous respirons et qui endommagent nos cellules saines. Un phénomène exacerbé par les agressions extérieures (pollution, soleil, tabac, etc…). On parle alors de stress oxydatif.

Références :

Société française de dermatologie, site grand public

Syndicat National des Dermatologues – Vénéréologues

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *